C’est l’temps des semis!

semis_interieur
Dans les conditions d’été relativement court qui prévalent au Québec, plusieurs espèces de plants de légumes ou de fleurs doivent être semées à l’intérieur en février ou en mars. Ces plants pourront ainsi produire des fleurs ou des fruits matures avant l’arrivée du froid en automne.

De nos jours, les jardineries proposent un éventail appréciable de jeunes plants au printemps, mais plusieurs excellentes sélections ne figurent jamais à ce palmarès. C’est pourquoi les jardiniers les plus curieux et les plus exigeants font leurs propres semis année après année. Quand on cultive de bonnes quantités de ces plants, faire ses propres semis s’avère aussi plus économique, une fois les frais d’équipements amortis. Et puis, on retire toujours beaucoup de plaisir et de fierté à voir les jeunes plantules se développer au fil des jours alors que le froid et la neige règnent au-dehors!

Prévenir l’étiolement avec un bon éclairage

Les semences n’ont pas toujours besoin de lumière pour germer, mais ce n’est pas le cas des jeunes plants. Dès que le germe émerge du terreau, on doit lui procurer la quantité de lumière dont il a besoin si l’on veut produire des plants robustes. Quand l’éclairage est insuffisant, les plantules poussent en orgueil, s’étirant vers la source lumineuse comme un oisillon tend le cou pour recevoir la becquée! On appelle « étiolement » cette réaction au manque de lumière.

Les symptômes de l’étiolement sont :

  • des entre-nœuds de longueur exagérée
  • des tiges fines et cassantes
  • un vert moins intense
  • des feuilles plus petites et moins nombreuses

Pour bien réussir leurs semis, quelques chanceux n’auront besoin que d’une fenêtre très ensoleillée, mais, trop souvent, l’orientation des fenêtres de la maison ne convient pas ou des obstacles s’élèvent entre le soleil et les jeunes plants. Même quand la lumière est bonne, comme elle n’arrive que d’un côté, les plants penchent vers la fenêtre. Pour qu’ils puissent se développer uniformément, on doit alors tourner les pots chaque jour de 90°, toujours dans le même sens. Aussi, à moins d’avoir le bonheur de posséder une serre, l’installation de tubes fluorescents est presque toujours nécessaire.

Les tubes fluorescents tubulaires « cool white » conviennent parfaitement à la croissance des plantes. Sachez toutefois que leur efficacité lumineuse diminue après six mois d’utilisation seulement; leur durée de vie utile est d’environ deux ans. Si vous les utilisez trois ou quatre mois par année, vous devriez donc les remplacer tous les quatre ans pour obtenir un résultat maximal, même s’ils vous semblent toujours très lumineux.

La ventilation a du bon!

Un autre truc pour bien réussir ses semis est d’exposer les jeunes plantules à un courant d’air à l’aide d’un petit ventilateur réglé sur une faible vitesse. Cette pratique comporte deux avantages majeurs :

  • elle permet une bonne aération autour des plants, ce qui aide à prévenir les maladies provoquées par une humidité excessive; et
  • les jeunes plantules ainsi exposées au vent développent une résistance supérieure au niveau de la tige et des feuilles, ce qui facilite grandement leur adaptation à l’extérieur, au retour de la chaleur.

Arrosage rime avec dosage

L’arrosage peut sembler anodin, mais parfois, une eau trop froide donne un choc inutile à vos jeunes plants. Il est donc recommandé de remplir votre contenant d’arrosage et de laisser reposer 24 h avant de s’en servir.

Voici quelques consignes de base :

  • arroser le matin pour donner au terreau le temps de sécher un peu avant la nuit;
  • humidifier le terreau sans le détremper pour éviter des problèmes de pourriture et de fontes des semis;
  • si le contenant est dans une soucoupe, celle-ci doit être vidée immédiatement après l’arrosage, quand de l’eau s’y accumule;
  • vaporiser ou arroser en pluie fine pour ne pas faire des trous dans le terreau.

Un peu de chaleur, svp

Aussi, on oublie trop souvent que l’intérieur de nos maisons en hiver n’est pas assez chaud pour permettre une germination optimale de plusieurs variétés originaires de contrées chaudes. C’est notamment le cas des piments, des aubergines, des cucurbitacées (concombre, melon, etc.). Comme certains semis préfèrent une température jusqu’à 32 °C, l’achat d’un thermostat qui s’adapte à votre tapis chauffant s’avère nécessaire. Ces thermostats permettent un ajustement précis de la température entre 20° et 42 °C.

Bon terreau et pots bien propres

Avant d’y mettre du terreau, assurez-vous que vos contenants sont parfaitement propres pour ne pas transmettre de maladies à vos semis. Vous les remplirez ensuite d’un terreau spécialisé sain. Les mélanges pour semis sont expressément conçus pour faciliter la germination. Ils présentent un bon équilibre entre la rétention d’humidité et le drainage pour limiter les incidences de fonte de semis et de pourriture du collet.

Ces terreaux neufs sont exempts de maladies; quand ils ont servi, recyclez-les dans le tas de compost ou au pied des arbres et des arbustes du jardin. Ne les utilisez pas une seconde fois pour des semis, car ils pourraient être contaminés, sans compter que leurs qualités drainantes et nutritives de départ ne sont plus les mêmes.

Ces terreaux sont faits à base de tourbe de sphaigne à laquelle les fabricants ajoutent divers ingrédients comme de l’humus de tourbe, de la fibre de coco, de la perlite, de la chaux, du gypse, des engrais et des mycorhizes.

Rappelez-vous qu’un terreau léger qui sèche rapidement est préférable à un terreau lourd qui draine mal!

Connectez-vous pour avoir accès à une fiche PDF.

icone-ecouinfo-bottom

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Suggestion(s) de la boutique