Passez au SYSTÈME BIOCHAR cet automne!

IMG_7897
Considéré comme le chaînon manquant de l’agriculture moderne, le biochar contribue largement à la création d’écosystèmes où végétaux, sol et micro-organismes évoluent en harmonie.

-> Consulter la fiche d’application.

Application directe — jardin et platebande

Pour qu’il accomplisse son travail avantageusement, on recommande de l’intégrer dans le sol en automne. De cette façon, l’intervalle entre son incorporation dans le sol et l’implantation des végétaux au jardin au printemps lui donne tout le temps nécessaire pour se stabiliser.

Comment ?

  • en attirant les micro-organismes indigènes
  • grâce à sa charge négative, en absorbant des éléments nutritifs chargés positivement comme le calcium et le potassium.

Son incorporation dans le sol sur une profondeur de 8 à 15 cm devrait se faire avec une fourche à bêcher. On évite l’utilisation du rotoculteur, car il perturbe davantage l’écosystème du sol.

Dans un objectif de maintenir un sol vivant*, prenez l’habitude de simplement aérer le sol avec la fourche à bêcher ou la grelinette, sans retourner la terre. 

Le biochar, c’est quoi ? Ce substrat noir obtenu de la pyrolyse était à la base de l’agriculture amazonienne précolombienne et refait surface pour révolutionner notre façon d’amender les sols.

Le biochar québécois provient de la cuisson lente et sans oxygène, ou presque, de résidus forestiers. Il a l’apparence de petits copeaux de bois carbonisés puisqu’il en est ! Ce mode de fabrication en fait un produit quasiment indestructible dans le sol. Sa structure poreuse offre une superficie totale incroyable (1000 à 2500 m2/1 g de biochar) qui permet de : piéger très efficacement les nutriments, de retenir l’eau et de favoriser le maintien des micro-organismes indispensables à un sol vivant.

L’ajout important de biochar dans le sol en tout autre temps de l’année est possible, mais pourrait interférer temporairement avec la disponibilité des principaux éléments nutritifs. De plus, son incorporation implique un retournement du sol qui n’est pas souhaitable durant la saison de croissance.

  • En moindre quantité cependant, par le biais du compost ou du terreau d’empotage additionné de biochar, ça ne pose pas de problème.

*Lire Les bénéfices d’un sol vivant sur Écouinfo  

Application graduelle

Le biochar persiste des décennies, voire des siècles. Aussi, pour ne pas opérer un changement radical dans le sol, on préconise une intégration graduelle du Système biochar sur trois à cinq ans.

La quantité optimale à intégrer dans le sol a été fixée à 1 kg pour 1 m2. On commence par l’ajout de 300 g/1 m2 durant trois automnes consécutifs. Le reste s’ajoutera graduellement, sur quelques années, au fur et à mesure que :

  • vous ajouterez du compost additionné de biochar ;
  • vous mettrez en terre des végétaux produits dans un terreau additionné de biochar. 

Le chaînon manquant

Si vous ne le faites déjà, observez attentivement vos écosystèmes cultivés. Soyez à l’affut de toutes formes de vie. Puis, soutenez ces formes de vie multiples (champignons, bactéries, faune et flore) en créant des conditions favorables à leur épanouissement grâce au biochar, le chaînon manquant de l’agriculture moderne. 

Système biochar en formats 500 g, 2 kg et 5 kg
icone-ecouinfo-bottom

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email